EDITO n°333 - AOUT 2015

Jennifer Ivoré
Rédactrice en chef

Un nouveau départ ?

En gestation depuis plusieurs années, des textes de loi influant directement sur la filière optique ont été votés en 2014 impactant le moral des opticiens. Ces inquiétudes se sont ensuite matérialisées de façons très différentes. Certains se sont engouffrés dans les appels d’offres afin d’intégrer les réseaux, d’autres ont choisi de résister et de rester totalement indépendants. Un clivage qui devrait perdurer dans les années à venir et donner un visage différent au parc de magasins optiques français. Beaucoup d’incertitudes subsistent cependant sur l’application littérale de textes de loi parfois flous. Que feront les entreprises et les organismes complémentaires ? Autre inconnue : la réaction des consommateurs face à une augmentation substantielle des cotisations de leurs assurances et à une restriction de leur liberté de choix de praticiens et de produits. Car pour le moment, le grand public n’a pas réellement conscience des changements à venir...
2015 sera une année importante pour le secteur. Dès janvier, les fabricants prendront le pouls du marché européen grâce au salon de Munich. Par ailleurs, le Gouvernement devra apporter des réponses aux questions posées par les verriers et lunetiers français inquiets des récents changements. L’an prochain s’annonce donc tout aussi agité que ces derniers mois. Dans ce contexte, le point de vente doit être optimisé, l’opticien valorisé. Pour cela, le digital reste un atout. Moderne, interactif, il offre une foule d’aides et d’astuces pour faire de chaque vente un moment particulier. Toutes ces possibilités sont à découvrir dans notre dossier.



Jennifer Ivoré - jivore@editolux.com